MÉMOIRE : Cartons d’invitation, entre graphisme et art contemporain

By Éloïse Cariou / On

Mémoire de Master 2 recherche en Histoire et critique des arts (spécialité art actuel)

Cartons d’invitation, témoins de réseaux croisés entre graphisme et art contemporain dans les années 1990 en France, mémoire de Master 2 recherche Histoire et critique des arts. Sous la direction de Nathalie Boulouch, Université de Rennes 2, 2016.

Le manuscrit

Le premier volume comprend le texte du mémoire et la bibliographie (182 p.). Le second volume regroupe l’iconographie, les documents annexes et les entretiens menés avec Roxane Jubert, Alexandra Midal et Benoît Buquet (156 p.).

Volume 1

Volume 2

 

Résumé

Ephemera caractéristique de la vie artistique, le carton d’invitation – et son graphisme – sont le point de départ de cette recherche de Master. L’étude du graphisme de ces cartons d’invitation du fonds met en lumière la politique des structures d’exposition concernées. Les variations graphiques que l’on peut y observer révèlent les évolutions de ces structures. Elles permettent aussi de dresser l’inventaire des liens entre les différents cartons d’invitation et les acteurs qui s’y réfèrent – directeurs de structure, artistes exposés, graphistes, critiques d’art. Elles tissent progressivement le réseau de l’art contemporain en France, auquel le graphisme semble intimement lié.

Le corpus de ce travail de Master est un fonds de cartons d’invitations à des expositions d’art contemporain françaises dans les années 1990-2000. Conservé aux Archives de la critique d’art de Rennes, ce fonds a été versé en 2015 par le critique et commissaire d’exposition David Perreau. Un ensemble diversifié de structures d’exposition y est représenté. Un corpus d’étude restreint a été constitué et contient les cartons d’invitation de quelques structures : le Frac Champagne-Ardenne et le Frac Haute-Normandie, le Capc de Bordeaux, les galeries de la rue Louise Weiss : galeries Jennifer Flay, Emmanuel Perrotin, Air de Paris et art:concept, le Centre Pompidou.

Décrypter ce réseau a nécessité de déterminer plusieurs focus d’analyse : les relations entre la structure d’exposition et la discipline du graphisme ; les tissages particuliers entre le rôle de l’artiste et celui du graphiste ; et enfin, les relations entre un duo de graphistes spécifique et un groupe d’artistes et de penseurs de la décennie, fragment de ce réseau. De quelle manière le graphisme est-il présent, à différentes échelles du réseau de l’art contemporain des années 1990 ? À l’échelle macroscopique, l’objectif était de caractériser l’intervention du graphisme auprès des différents types de structures d’expositions, afin de montrer comment il est présent dans le contexte de la vie artistique de l’époque. Puis, à l’échelle spécifique des liens entre la figure de l’artiste et celle du graphiste, il s’agissait de déterminer ce qui, dans leurs activités respectives, conduit à une porosité de leurs rôles respectifs, et d’en percevoir les conséquences sur la notion d’auteur. Enfin, à l’échelle microscopique d’un fragment de ce réseau pris comme étude de cas, l’analyse avait pour but de comprendre comment artistes et graphistes se rencontrent, et autour de quelles réflexions et projets ils collaborent.